Haïkouest - l'abcde ... du haïku contemporain

 


  les suggestifs

 
 
 
                                                                   
 
thèmes de-ci, de-là...
prévus ou imprévus
 




*

Sommaire




 
1 - Diaporama Vannes

2 - Spécial " Parlez-moi d'amour !"
 





*



 


Vannes
 
 visite guidée sous la pluie...
 
 

 
 
 
 
                                     *                              
 
Consultez notre BLOG
cliquer ici fulgurance
 
 

*


 
Spécial
 

Tous les haïkus ci-dessous
seront distribués aux visiteurs

du

 

   

Vous parler d’amour ?
Mais jamais je n’oserais
en dix-sept pieds


Dông Phong




*



Pensant à toi
des pétales de marguerite
dans le vent



Nuit pleine de vent -
blotti tout contre toi
mon corps tremble encore   



Baiser du matin
ton regard
plein de brume   



Douceur d'hiver -
sur l'oreiller froissé
son cheveu noir   



Pluie battant le volet -
ton souffle chaud
dans le cou   



Lydia Padellec






*


                                                                                                
retournant la terre
il nomme ce que pour elle
il fera pousser



Martine Brugière




*



Partager avec elle
ce croissant de lune
jusqu'au bout de la nuit...



Ah ! si belle...
Je me souviens même
de son ombre.



Sur mes lèvres
ce mot d'amour
qu'elle attend.



Patrick Fétu





*



automne parisien
dans un bar jazz enfumé
ton baiser brûlant




la madeleine de Proust
inoubliable
l’odeur de ta peau




pluie –
tes bras m'enlacent
ainsi font les lianes




littoral catalan
couple centenaire assis
dans l’éternité




Janick Belleau
T'aimer, voyager.
Montréal, Québec, 2011




*



Un léger frisson
Parcourt mon épiderme
Un souffle de toi



Foulard oublié
Un peu de parfum de soie
Séduction d’hier



Frôle mon épaule
De ton sein épicurien
Quel sort m’envoûte ?



L’hibiscus fleurit
Lorsque dorment les cœurs
Pour les séduire



Ridules coquines
Au clin d'œil ensorcelant
D'une jolie brune



Démarche souple
Bas de résille moulés
Un pas, un charme



Coiffée d’un chapeau
Au style un peu démodé
Impact immédiat



Reflet de chair
Sur ton épaule claire
Un désir fauve



Le fumet d’amour
Que dégage tes casseroles
M’ouvre l’appétit



Entrée accueillante
De ton jardin parfumé
À l’odeur de fleurs



La croix dans ton cou
Du rouge sur tes lèvres
Beauté sanctifiée



Brise froide d’automne
Les poils sur ta peau se dressent
Et décembre est loin


Yeux blanc et peau café
Chic combinaison de grâce
À l’accent discret



Sous son joli nez
Lèvres pourpres charnues
Qui s’agrippent aux miennes




François Drolet
Saguenay , Québec, Canada




*



elle sourit
et demande mon âge -
dois-je mentir


l’idée était bonne
prendre sa main
hors de vue des autres


pleine lune
de mets de fruits
avec elle



Mike Montreuil





*



l'odeur de sa peau
bruissements sur le corps
désirs avortés



sous les embruns
nos corps en roulis
seuls sur la crique



l'horizon
rejoindre l'abysse
les yeux noyés


Marie Jeanne Sakhinis/De Meis


 


*



douceur printanière
sur la branche nue l'oiseau chante
sa chanson douce  



Danièle Duteil   




*




Aujourd’hui
et ses bruits familiers,
t'entendre chanter.




  Sous les deux premières étoiles:
une pour toi
l'autre pour moi.  





 Ton silence,
le bruit que font nos bottes
dans les feuilles   



Véronique Dutreix





*



je la croise
je ne la connais pas
je ne la connaîtrai jamais




grand froid
ils mettent tous les deux leur main
dans sa poche




heure d'amour
j'épluche des petits pois
pensées de toi



Les jours sont de plus en plus courts
je pense à tes cheveux
dans la baignoire



Jean Antonini



*



Les deux amoureux
s'embrassent près du panneau
"chasse gardée"




Ignorant leur Dieu
des tournesols mon Amour
regardent tes fesses




Saint-Valentin
son petit pépin trop grand
pour eux deux




Regard bleu d'étoiles
sous le jupon de la lune
doux parfum d'idylle




Une ultime étoile
au chevet de notre nuit
doux fracas des vagues





Rien que tes yeux bleus
et le clapotis des vagues
escale à Erquy




Le sel de ta bouche
et de tes tétons dressés
bain de minuit




Au petit matin
ta jupe troussée très haut
putain ! Qu'tu es belle !




Envol de bruants -
la nuit près de nous se love
comme un chien très doux




Bivouac sur la plage
où tes petits seins tanguent
pâleur de la lune



Patrick Druart




*

Tes baisers d’automne
Sont chauds comme les marrons
Au coin de la rue.  



Que l’hiver complice
Nous donne le temps d’aimer
Ô saison propice.  




La feuille trop lourde
S’égoutte après la pluie
Sur ta paupière.  




Des enfants s’aiment
Sous le canot renversé
La plage au printemps.  




Sillon de sommeil
Imprimés sur ton épaule
Je lis ton destin.  





Effleurant les lèvres
De mon amie endormie
L’amaryllis pourpre.  





Ô béatitude
Le soleil disparaissant
Au creux de tes reins.  





La source à nos lèvres
Le ruisseau à tes agneaux
Rosée sur ta rose.  



Les baisers sanglants
Cueillis dans ton cerisier
La jolie blessure.  




Ombres et détours
Dans le bois cette nuit
Que cherchions-nous ?  




Jean-Paul Segond




*



A ta peau suspendue
une perle de jade
entre deux rives  





Elle - au milieu
des roses -
ressemble à aucune autre  





Aux remparts du château
elle et lui s'enlacent -
lune de miel  





Jean Le Goff  




*


Mots doux, d'où venus ?
                  D'ici, de là ou d'ailleurs
                                Babel des cœurs


                                                    Danièle L.D.





*



Les jeux de l'amour
t'ont déshabillée
- à tort ou à raison.




Vélo et lampadaire
ne font plus qu'un
- mariage réussi.




Au milieu des tomates
une chanson d'amour
- allée de supermarché.




Dupliquée à l'infini
sa photo sur les murs
- elle se sent moins seule.




Dernières photos
de son amoureux
- une autre lui tient la main.




Pour la Saint Valentin
quelques mots d'amour
- d'un simple clic.




Sur la corde à linge
les confidences de deux chandails
- où se cache l'amour




Devant le ciné
un couple d'amoureux
- à l'affiche : Les noces rebelles





De la sacoche du facteur
les mots de mon amoureux
- envolés.





Chantal COULIOU




*




au soleil levant
l'ombre étirée en mer
de leur étreinte





bon dieu ce baiser
juste à fleur de lèvres
restées muettes





ce matin la mer
a la couleur de ses yeux
de l'été dernier






face à face
le silence du désir
des mots dans les yeux






cette nuit encore
pleine lune dans mes yeux
son corps abandonné





tout au bord de l'eau
je déclame ses mots
qui deviennent miens





les yeux fermés
caresser les veines du bois
ce n'est pas toi






la campagne rousse
encore et encore plus belle
toi dans mes bras





les yeux fermés
écouter et deviner
le bruit de ses pas





toujours son parfum
dans l'allée du jardin
après son départ




Alain Legoin




*




Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © Conception et réalisation : Alain Legoin 2011
Site web fourni par  Vistaprint
Site web
fourni par Vistaprint